13 mai 2014

Crowdfunding : émergence d'un modèle encore fragile

L’essor de la bulle internet et des réseaux sociaux a fait émerger un nouveau concept : le crowdfunding. Comprenez le financement participatif.

 Les entrepreneurs, artisans, commerçants, professions libérales sont souvent concernés par la question du financement, lors de la création de leur activité professionnelle ou lors de son développement. Au-delà de la banque traditionnelle, le crowdfunding tente de proposer une solution de financement alternative.

 Qu’est-ce que le crowdfunding ?

 Le financement participatif, comme son nom l’indique, est le fait de solliciter un grand nombre d’acteurs (particuliers, consommateurs, fans…etc.) afin de réaliser un projet. Il suffit d’avoir une idée, un produit ou un talent  à soumettre à la généreuse appréciation du public. Un projet à succès sera alors, en théorie, financé grâce au financement collectif.

 L’idée a germé aux Etats-Unis il y a une quinzaine d’années. Elle s’inscrit dans un mouvement global, insufflé notamment par internet et une volonté de financer différemment. 

 En France, le développement  de ce modèle est timide et relève encore de l’expérience. Différents acteurs, appelés plateformes d’intermédiation, sont présents sur le marché du crowdfunding. Ils exercent généralement sous l’égide d’une banque partenaire permettant la limpidité des opérations. Les plateformes d’intermédiation permettent la mise en relation de l’entrepreneur et des consommateurs. Grâce à un site web interactif et pédagogique, les participants n’auront qu’à cliquer sur les projets qu’ils affectionnent afin de les financer.

Différents modes de financements participatifs 

 On dénombre quatre formes principales de ce type de financement :

 -           Le don : financement collectif totalement désintéressé (financièrement parlant) de la part des souscripteurs. Simple volonté de contribuer à un projet ayant touché la sensibilité du participant et lui ayant insufflé le désir d’apporter sa pierre à l’édifice, par conviction ou charité.

 -           Le prêt : mode de financement collectif peu utilisé en France car strictement encadré et limité pour les particuliers. Le prêt reste une prérogative majoritairement bancaire.

 -           La prévente : il s’agit du moyen le plus répandu. On parle aussi de financement participatif par récompense. Cela va permettre à l’entreprise de tester la popularité de son produit auprès des consommateurs.

 -           L’investissement par actions : modèle réservé aux entreprises de taille importante (Google, Facebook, Twitter…) dont l’utilisation par les clients est gratuite. Le financement participatif va permettre de vendre des parts du capital. 

 Puis-je avoir recours au financement participatif ? 

 Tout dépend de votre idée. De celle-ci va se dégager le type de financement participatif le plus adapté. La volonté de participer peut être amorcée pour différentes raisons : la rentabilité, l’innovation, l’affect… Il convient de convaincre et donner envie de vous suivre.

 Le crowdfunding est une exception plus qu’une solution de financement. Il permet de récompenser les idées les plus novatrices. Il ne semble pas envisageable de généraliser le financement participatif. Cependant, le concept séduit par son originalité.  Les acteurs du monde financier doivent proposer des solutions de financement aux TPE et PME toujours plus innovantes et performantes.